Search
  • LesParolesdeKristine

Proust à Dordrecht


Confinée avec Proust à Dordrecht


La semaine dernière j’étais plus ou moins confinée à Dordrecht, la ville où je suis née aux Pays Bas. Alors que j’ai passé quelques jours à Dordrecht, pour rendre visite à ma famille et mes amies, j’ai été informée de me mettre en quarantaine pendant dix jours à mon retour en Suisse. J’ai tout de suite décidé de rester plus longtemps, dans l’espoir que cette mesure serait retirée (et voilà).

Je suis toujours contente d’être là, le seul regret était de ne pas avoir apporté mon livre de Proust (trop épais).


Quelle surprise de découvrir que Proust a visité ma ville natale. Il était en voyage en Hollande pour admirer les grands maîtres comme Vermeer et Albert Cuyp. Il y a écrit deux poèmes, dans une lettre à son ami Reynaldo Hahn, et il parle de mon quartier….


Dordrecht (1902)


Ton ciel toujours un peu bleu Le matin souvent un peu pleut


Dordrecht endroit si beau Tombeau De mes illusions chéries


Quand j’essaye à dessiner Tes canaux, tes toits, ton clocher Je me sens comme aimer Des patries


Mais le soleil et les cloches Ont bien vite resséché Pour la grand-messe et les brioches Ton luisant clocher


Ton ciel bleu Souvent pleut Mais dessous toujours un peu Reste bleu.


Et quel poème ! Il y parle des canaux, des toits, des clochers, Dordrecht n’a changé en rien . Et il décrit le mauvais temps perpétuel, il a plu tous les jours quand j’étais là .


Ce poème était accompagné d’un dessin de la main de Proust (‘quand j’essaye à dessiner tes canaux, tes toits, ton clocher’). Une église, des toits et un port. Quelle église ? Je ne suis pas encore sûre, je vous le dirai dans mon prochain Blog.


Kristine



76 views0 comments

Recent Posts

See All